OUVRE

15 mars 2020

Ouvre tes yeux,

Sur ce merveilleux,

Ces pépites des cieux,

A l’odeur délicieux,

Au touché malicieux!

Ouvre ton Etre,

Laisse tomber les paraître,

Tes doutes, ses peut-être,

Sois sûr de renaître,

Après chacune de tes pertes!

Ouvre tes bras,

A cette vérité là,

Ce bonheur sans tracas,

Que tu Es éclat,

Un joyau de l’au-delà!

Ouvre ton Cœur,

Et fais-y ta demeure,

Que la souffrance s’y meure,

Éloignant toutes ses peurs,

Et fait Joie tes malheurs!

Souris, ris,

Sans soucis,

Avec frénésie,

Vogue mon ami,

A l’éternelle envie,

De semer l’Amour infini!

Ce bonheur intense avec la joie pour amie!

Sois un amoureux de la lumière de vie!


PERSEVERANCE

14 février 2020

Dans l'immensité de la nuit qui naît.

Je me suis bien souvent demandé, 

Où passait la magie de nos corps usés. 

A travers le soir qui étend, 

Ce long couloir du firmament, 

Semés de fines étoiles du moment. 

Puis-je entendre l'écho de mon coeuur, 

Le long murmure, une lueur, 

Le fin espoir d'un ailleurs, 

A plus de paix, un rêve de douceur? 

Puis-je entendre la fin d'un monde qui tait, 

La magie, le beau, la fraternité, 

Où l'argent humilie la bonté

Et rabaisse le don au rang de charité. 

Dans l'immensité de la nuit qui naît. 

Je me suis bien souvent demandé, 

A quoi bien tout cela servait? 

Tant de rêves inachevés, 

Autant d'abcès encore à crever, 

Et cette nuit toujours à traverser?

Et tu m'as répondu, à l'aube de ce jour, 

« juste pour Aimer, encore et toujours ».

ACCEPTE

15 janvier 2020

Tout ce que tu vis Est ce que tu es,

A la fois lumière et obscurité.

Des coups, des larmes, des cruautés…

La trahison, la fraternité, la loyauté,

La lâcheté, l’honnêteté ou la fausseté…

La liste est longue et d’éternité.

Tous ces « je » depuis que tu es né,

Sont en toi, tracés, destinés…

A toi juste de les accepter,

Comme faisant parti de ton humanité.

A toi juste de les transcender,

En reconnaissant enfin qui tu es.

Un être divin incarné,

Venu apporté toute sa beauté,

Mettre en lumière ses ombres cachées,

Pour enfin retrouver son entièreté.

Cesse de juger ce monde, sa dureté.

Qui est le fruit de ta propre dualité.

Car en réalité tu le sais, rien est séparé,

Les bons, les méchants, les damnés.

Le futur ou les temps passés…

Tout est déjà écrit et sur-joué.

Alors accepte juste qui tu es.

Va vers tes peurs, cesse de les rejeter,

Regarde ce qu’elles ont à te révéler.

Des parts de toi qui se sont égarées,

Te demandant enfin de les aimer.

Alors accepte juste d’être qui tu es.

Accueille avec ton cœur, sans te juger,

Toutes tes blessures, ces plaies acérées.

Il est là le monde à sauver…

Ce corps meurtri à consoler…

Vous êtes tous des êtres écorchés,

Cherchant à tout prix la félicité,

Mais en fuyant vos propres difficultés,

Tous vos trésors d’ombres inavoués.

Alors Accepte juste d’être qui tu es.

Sans fioriture, ni autres faussetés,

Mais bel et bien ici incarné,

A chaque geste, chaque pensée,

Accepte juste d’être qui tu es.

Et rayonne ton chemin de vérité,

Celui d’avoir retrouvé…

Le chant de ta destinée,

La source de ton éternité.


RENOUVEAU

15 mars 2020

Le film est bel et bien terminé, 

Et confortablement installé, 

Tu regardes les rôles que tu y as joué. 

Tu comprends sans un mot, tout le scénario, S

es acteurs, ses héros, plus ou moins beaux. 

Alors maintenant que fais-tu? 

Revoir les passages déjà vus et revus? 

Ou ouvrir grand la porte à l'inconnu? 

Personne ne te dira où aller, 

Ni prendra ta main pour te lever. 

Toi seul décide, en cet instant, de ta destinée. 

Oui je sais, on peut décider au final de se retirer. 

Faire semblant de croire que tout est déjà joué! 

Mais au fond de toi, tu connais bien la vérité. 

Celle de ton coeur de diamant. 

Te murmurant ce lointain serment, 

Ce rappel sans faux-semblant. 

Alors apporte ta rime à ce monde! 

Inonde-le de toutes tes ondes! 

Vibre à la joie profonde, 

D'oeuvrer à chaque seconde. 

En retrouvant en toi les clefs, 

Des univers sacrés d'éternité. 

Puis déploie tes ailes sur cette terre! 

Sur tous ses champs de poussières! 

Enchante les océans de ta lumière! 

Rayonne au-delà des hautes sphères! 

Qu'il n'y ait plus de vide sous tes pas, 

Marche sûr, au-dessus de tous trépas. 

Et laisse couler en toi doucement, 

Les flux divins du firmament. 

Au-delà des vieux ressentiments 

Laisse-toi devenir grand! 

Il n'y a plus à comprendre comment, 

Sois juste ton propre changement! 

Un autre film a commencer, 

L'as-tu seulement remarqué? 

En conscience, désormais, tu le sais, 

Tu ne pourras plus jamais t'égarer,

Alors que décides-tu d'y apporter?


PARCE QUE JE T'AIME

15 mars 2020

Pour ton corps, je serai le trésor, 

Le délicat délice des aurores. 

Délivrant les précieuses eaux alors, 

De la source une reliée à l'or, 

Au calice sacré de tous les sorts, 

Des prémices infinies de l'essor. 

Parce que je t'aime, 

D'un amour qui sème, 

Dans les coeurs les graines, 

D'une terre sans haine. 

Pour ton être je serai l'espace, 

Au-delà du temps, de cette place. 

Une salle étoilée infinie, tel un palace. 

Une interface sans la moindre trace, 

De mémoires qui usent et lassent, 

L'éclat aux plus belles préfaces. 

Parce que je t'aime, 

De l'amour qui sème, 

Dans les coeurs l'appel, 

A nos promesses éternelles. 

Pour ton âme, je serai la douceur. 

La chaleur intime, ce feu du coeur, 

La clé de la demeure de mes soeurs. 

Foyer brûlant, peurs, rancoeurs, 

Pour t'élever avec force et candeur, 

Jusqu'au sommet de ta grandeur. 

Parce que je t'aime 

De cet amour qui sème, 

Dans les coeurs la voix, 

Celle qui m'unit à toi. 

Pour ton coeur je serai la femme. 

La grâce transcendant l'infâme, 

Effaçant l'immonde, ses drames, 

Le blâme de nos égos, ses fines armes, 

Pour que jaillissent enfin les flammes, 

Les détonateurs de paix, ses gammes. 

Parce que je t'aime, 

De notre amour qui sème, 

Dans les coeurs l'éternité, 

De nos êtres retrouvés. 

Et dans l'éclat de tes yeux, je serai le bleu cristallin, 

Toute la beauté enivrante des champs de lin, 

Ensemençant la terre du champ de l'Un, 

Un écrin de satin ouvert sur nos lendemains, 

Tissés de la lumière de nos deux mains

Parce que je t'aime 

Sans mot, ni emblème, 

Comme une vibration de l'air, 

Le son d'une autre sphère.


REGARDE

15 mars 2020

Regarde ton coeur, toute sa pureté, 

Ne n'attarde pas sur tes pensées de méchanceté, 

Celles qui te soufflent encore de te venger, 

C'est juste la Lumière qui met à jour ces faussetés, 

Celles qui restent encore à éclairer, 

Accepter, traverser et pardonner. 

Ne te juge pas, il n'y a plus aucun combat 

Toi seul peut relever tes bras, 

Construire ici un monde sans fracas 

Semer pas à pas, les graines de l'haut-delà, 

Ce qui t'anime en secret depuis que tu es là. 

Tes erreurs soit disant du passé, 

Ne sont qu'un tremplin à dépasser, 

Pour te projeter vers les contrées, 

Où règnent la paix, la félicité. 

Où sont bannis toutes difficultés, 

Les lourdes peines, les cruautés. 

Nous le savons, la tache n'est pas aisée, 

Mais tu es aujourd'hui si bien entouré, 

Si tu oses simplement t'ouvrir et regarder, 

Toute l'aide, cet amour, qui t'es apporté, 

Sur ce chemin qui te semble encore si lourd à porter. 

Alors redresse-toi avec fierté 

Pour sans tarder enfanter 

Tes rêves enchantés!

Elève-toi en toute humilité, 

Sans oublier qui tu ES, 

Un Etre de toute Beauté! 

Respire en ton coeur 

Tous ces chants de bonheur 

Qui jaillissent en toi à cette heure, 

Rayonne les sans en avoir peur 

Car ils dissipent les rancoeurs, 

Et disséminent les terreurs. 

Ange du ciel, 

Venu apporter ici l'Essence-ciel, 

L'eau de la Source Eternel, 

Déploie enfin tes ailes, 

Chante l'heure de l'Appel!